Un cerveau peut changer !

 

La personnalité se modifie tout au long de la vie et dépend des expériences vécues. Cette évolution se fait sans que nous en ayons conscience. Des stratégies thérapeutiques peuvent atténuer certains traits négatifs ou renforcer les positifs.

Heureusement, la personnalité peut évoluer. D'abord, naturellement avec l'âge. Ensuite, parce qu'elle change en fonction des différents événements que nous vivons. Enfin, parce qu'elle peut se transformer suite à des interventions thérapeutiques. lire la suite 

 Contrairement à la vision matérialiste réductionniste dominante dans les sciences, particulièrement dans les neurosciences, nous ne sommes pas des machines biologiques complètement déterminées par les neurones, par les messagers chimiques du cerveau, par les gènes, et par l’environnement. L’esprit est doté d’une très grande capacité d’influence sur le cerveau et sur les autres systèmes physiologiques qui sont en lien avec cet organe. (...)

 

Une des clés de la santé semble être la gestion des émotions. Même dans le cas de maladies graves comme certains cancers, plusieurs études montrent que le fait de rester serein et d’entretenir des émotions positives, en pratiquant la méditation, la respiration consciente, la visualisation, permet de ralentir la progression de la maladie, voire même de la stopper dans certains cas. Il peut y avoir des rémissions

l’aspect mental joue un rôle énorme dans la guérison. Je vais vous donner un exemple. Une étude a été faite à Vancouver avec des patients atteints de la maladie de Parkinson traités avec un placebo. Leurs neurones à dopamine étaient détruits à 70% environ, ce qui est un stade assez sévère. Ceux qui ont cru le plus dans le placebo se sont mis à libérer de la dopamine de façon comparable à des individus normaux. Ils ont eu une rémission au niveau de la motricité et de la rigidité. Les 30% de neurones restant ont compensé pour le déficit, parce que les patients ont cru qu’ils prenaient un traitement efficace alors qu’il s’agissait d’eau saline. C’est pareil en cas de lésion ou d’accident vasculaire cérébral. Il y a beaucoup de redondance dans le système nerveux. Lorsqu’un circuit est endommagé, la fonction peut être prise en charge par un circuit alternatif. C’est ce qu’on appelle la neuroplasticité. En réadaptation, c’est une hypothèse que les gens font de plus en plus.

Aujourd’hui, avons-nous des preuves que notre esprit ou notre état d’esprit peut influencer l’expression de nos gènes ?

 

Pas de manière directe. Mais de manière indirecte, oui. Les études qui ont été faites concernent l’épigénétique, c’est-à-dire la capacité à modifier le fonctionnement des gènes. Quelques études ont mesuré l’effet de la relaxation et de la méditation sur l’expression de gènes impliqués dans le stress, les émotions négatives et la sécrétion de cortisol. Un entraînement par des méthodes de relaxation ou de méditation pendant quelques mois peut activer ou désactiver les gènes qui régulent le stress. Lorsqu’on parle d’un réseau psychosomatique, il n’y a pas que le système immunitaire, le système endocrinien ou le système cardio-vasculaire qui sont influencés par la psyché. Nous savons aujourd’hui qu’il faut aussi inclure l’aspect génétique, et plus particulièrement génomique. En d’autres termes, l’esprit influence aussi l’activité des gènes.

 

 

d'après un entretien avec le neuroscientifique Mario Beauregard  septembre 2013 dans le n°26 de la revue Néosanté

Le rythme des ondes cérébrales peut être influencé via un effet de résonance. C’est cet effet qui est impliqué lorsqu’une note jouée au piano fait vibrer à l’unisson une corde de guitare. En ce qui concerne l’activité du cerveau, certains types de pulsations sonores peuvent produire un tel effet de résonance et modifier (i.e. accélérer ou ralentir) la fréquence des ondes cérébrales, ce qui entraîne une modification de l’état de conscience.

 

Dans cette approche, des sons intégrés à une trame musicale conçue pour la relaxation et la méditation sont utilisés afin d’induire un état de conscience élargie (qui est associé aux ondes thêta, delta et gamma). Un tel état permet aux participants de travailler avec les cognitions, émotions et dimensions profondes régénérantes

 

Méthode conçue par le Dr Mario Beauregard - pour une science post matérialiste 

 

 

Les diapasons ondes cérébrales ont été crées d'après des études utilisant l' électroencéphalographie. Cette technologie permet de créer différents stades de variations de consciences permettant une détente dans une visée d'entrainement du cerveau;

  • Augmenter la créativité intérieure

  • facilité la détente

  • Aller plus loin dans la méditation

le logiciel de neurofeedback MUSE traduit votre activité mentale en sons. Apprenez en toute quiétude à relâcher le mental, pas à pas. 

  • Être moins anxieux

  • Améliorer la concentration et la capacité d'apprentissage

  • Soulager l'insomnie

  • apprendre la méditation

© 2019  laetitia Veyron 

  • Youtube