Rechercher

Quand méditer mène sur la voie de la consommation éthique


Pour 42 % des consommateurs occidentaux, la pandémie du coronavirus a fondamentalement modifié leurs habitudes d’achat, notamment en faisant émerger une attention nouvelle à l’impact sur le monde de certains choix de consommation. De plus 44 % des Français déclarent moins consommer qu’auparavant dans un souci de lutter contre une dérive de la société de consommation, essentiellement décrite de manière négative. Par ailleurs, ils privilégient de plus en plus « le responsable » comme critère de choix d’une marque.

Les Français explorent de nouveaux modes de vie fondés sur une consommation plus éthique et mettent en place de nouvelles pratiques qui les aident à résister aux tentations de consommer et d’accumuler des biens.

En bonne place parmi ces pratiques, la pleine conscience remporte un succès grandissant.

L’étude que nous avons menée auprès de 830 adultes français confirme l’existence d’un lien entre la méditation de pleine conscience et le fait de développer des croyances de comportements de consommation éthiques. Le fait de cultiver son aptitude à être attentif à l’instant présent, de développer une plus grande conscience de ce qui se passe en nous et autour de nous, conduit à penser et agir de façon plus éthique dans le domaine de consommation. (...) Nos résultats démontrent que les personnes dont le niveau de pleine conscience a été mesuré comme élevé sont aussi celles dont les croyances de comportements de consommation éthiques sont les plus hautes.

(...) Nos résultats démontrent que les individus ayant un niveau élevé de pleine conscience tendent à organiser leur vie autour de buts intrinsèques (comme le développement personnel, le contact avec la communauté) plutôt qu’autour de buts extrinsèques (comme la possession, l’argent représentant le statut, le prestige, l’image).


Éduquer à la pleine conscience


Mais qu’en est-il des personnes qui n’auraient pas de prédisposition pour la pleine conscience ? Nous avons cherché à savoir si les programmes de méditation de pleine conscience pouvaient – au travers du développement des capacités individuelles à être en pleine conscience – avoir un impact sur la consommation éthique.

Nous avons donc testé cette hypothèse avec deux groupes de participants comparables en termes de critères sociodémographiques : un groupe composé de 523 personnes ayant suivi un programme de mindfulness-based stress reduction (MBSR) – une approche éducative qui guide pendant 8 semaines les participants dans leur pratique de méditation de pleine conscience – versus un groupe de 307 participants n’ayant jamais suivi de programme de formation à la méditation de pleine conscience.

Les résultats démontrent que suivre un programme de formation à la méditation de pleine conscience amène les individus sur le terrain de la réflexion éthique

lire l'article

prochain Cycle de MBSR en présentiel à la rentrée sur Chartres

information : cyclemindfulness@gmail.com




3 vues

Posts récents

Voir tout

© 2020  laetitia Veyron