Rechercher

la santé mentale des jeunes

La Fondation FondaMental dévoile les résultats d’une enquête réalisée par Ipsos auprès des 18-24 ans. Cette dernière met en lumière des résultats alarmants et rappelle l’urgence d’agir pour mieux prendre en charge cette population particulièrement touchée.


Alors que la détresse psychologique des étudiants est au cœur de toutes les préoccupations, la Fondation FondaMental dévoile le 28 janvier, en exclusivité dans le journal le Parisien, les résultats d’une enquête réalisée par Ipsos auprès d’un échantillon national représentatif au sein duquel ont été interrogés 404 jeunes âgés de 18 à 24 ans et qui met en lumière des résultats alarmants.

Pour répondre à l’urgence d’apporter une aide à de nombreux étudiants en situation de détresse psychologique, la Fondation FondaMental a conçu et mis en œuvre des solutions adaptées. Début janvier 2021, elle a lancé avec le soutien de la Région Île-de-France une plateforme de conseils et de téléconsultations gratuites pour les étudiants : Ecoute Etudiants Île-de-France.

UN ÉTAT DES LIEUX PRÉOCCUPANT DE LA SANTÉ MENTALE DES JEUNES

Près d’1 jeune sur 3 souffre de troubles de santé mentale

  • 32% des 18-24 ans ont un trouble de santé mentale, +11 points par rapport à l’ensemble de la population.

  • 2 jeunes sur 3 estiment que la crise actuelle liée à la Covid-19 va avoir des conséquences négatives sur leur propre santé mentale (61%, +11 points par rapport à l’ensemble des Français). Et ils sont encore plus pessimistes en ce qui concerne celle de leurs proches (74% estiment qu’elle va être impactée) et celle des Français en général (91%).

  • 2/3 des 18-24 ans avouent que les émotions ressenties au cours des 2 dernières semaines ont rendu difficile leur travail, la vie à la maison ou l’entente avec d’autres personnes (+13 pts par rapport à l’ensemble des Français).

  • 40% des jeunes de moins de 25 ans rapportent un trouble anxieux généralisé (+9 points par rapport à l’ensemble des Français). Parmi les 22-24 ans, plus fréquemment isolés, hors du foyer familial, près d’1 sur 2 avoue des niveaux de problèmes qui font suspecter un seuil d’anxiété nécessitant une évaluation clinique psychiatrique (47% contre 31% pour les 18-21 ans).

  • Un peu plus d’1 jeune sur 5 de moins de 25 ans rapporte des symptômes de troubles dépressifs modérément sévères ou sévères (21%). La tranche des 22-24 ans semble là encore plus touchée que les autres (24%, presqu’1 individu sur 4, contre 16% pour les 18-21 ans).

lire la suite de l'article sur le site de la Fondation Fondamentale

Formation de secourisme santé mentale PSSM JEUNES sur Paris, 23 et 24 mai 2022 veyronpsy@gmail.com

1 vue0 commentaire