Rechercher

Encore 4 semaines ? qu'est ce qui peut nous aider à tenir ?




ETW Ecoute Solidaire au 0 805 620 300 et ETW-France.org

Des vétérans de l’armée américaine, retenus prisonniers - dans des conditions de guerres et de tortures ( donc un confinement quand même beaucoup plus "hard") - ont été étudiés pour savoir ce qui avait permis à certains d’entre eux de s’en tirer sans y laisser trop de plumes, avec un psychisme à peu près intact et une capacité à reprendre leur vie une fois retournés chez eux.

L’optimisme est ce qu’on appelle en psychologie une disposition, c’est-à-dire une tendance spontanée de l’individu. En outre, c’est une construction, autrement dit une façon de percevoir la réalité qui n’a rien de factuel

L’individu optimiste à tendance à attendre de bonnes choses de la réalité, et le pessimiste plutôt de mauvaises choses de la même réalité.

(...) si vous avez tendance à adhérer à des propositions comme « Tout problème a une solution », ou « Je crois en mes capacités », ou « J’arrive à surmonter les épreuves », vous êtes probablement optimiste.

Aucune de ces phrases n’est intrinsèquement vraie, mais le point véritablement important est que cela permet de surmonter des épreuves terribles. Autrement dit, l’adage qui dit que l’espoir fait vivre est non seulement vrai mais extrêmement précieux.

Une des découvertes de la psychologie de ces trente dernières années est que l’optimisme peut s’apprendre et se développer.

Seligman comprit que la psychologie s’était beaucoup trop consacrée à détailler les effets néfastes des émotions comme la peur, l’angoisse ou la colère, et qu’il restait un immense champ à explorer du côté des émotions positives, ce qui donna lieu à l’essor de la psychologie positive. Selon lui, tout comme le désespoir pouvait être « acquis » au contact de situations trop difficiles ( voir une video explicative) , l’optimisme pouvait lui aussi faire l’objet d’un apprentissage.


quelques exemples tirés de son ouvrage La Force de l’optimisme

  1. Prendre le temps d’éprouver de la gratitude vis-à-vis de ce qui se présente à nous. Qu’il s’agisse d’un petit déjeuner, d’un coucher de soleil, d’un lit confortable ou d’un mot gentil d’un proche.

  2. Aider les personnes qui traversent une situation plus difficile que la nôtre.

  3. Examiner d’un œil critique nos pensées et croyances négatives (par exemple : je ne vais jamais tenir le coup dans ce confinement. Avoir un regard critique sur cette pensée, c’est commencer par se demander de quels éléments objectifs je dispose pour affirmer cela).

  4. S’attaquer de front à ses voix intérieures négatives (« Eh, toi, qui parles dans ma tête et me dis que cette situation est sans issue tandis que je commence à grossir devant ma télé, veux-tu me lâcher s’il te plaît »).


L'auteur de cet article S. Bohler propose également l'entrainement à l'optimisme via la méditation.


Les recherches en neuro-imagerie ont montré, au cours des dernières années, que l’optimisme est associé à une activité cérébrale globalement plus soutenue dans l’hémisphère gauche, le pessimisme se reconnaissant davantage à une forte activité de l’hémisphère droit. Comment faire davantage fonctionner son cerveau gauche ? Une solution pleine de sagesse est venue des études sur la méditation de pleine conscience. Richard Davidson, un des premiers à avoir étudié les effets de la méditation sur le cerveau, montra une augmentation de l’activité du cortex préfrontal de l’hémisphère gauche chez les méditants, augmentation d’autant plus importante que ceux-ci accumulaient de longues heures de pratique. En étudiant le cerveau du moine bouddhiste Matthieu Ricard et en découvrant son cortex préfrontal gauche extraordinairement développé, il en déduisit même que ce dernier devait être probablement l’homme le plus heureux du monde.

Martin Seligman avait donc raison en supposant que l’optimisme pouvait s’apprendre. Vous pouvez pour cela vous mettre à la méditation, muscler votre cortex préfrontal gauche et nourrir vos émotions positives. Il faudra toutefois de la persévérance, et de l’assiduité. Les bénéfices ne se font sentir que sur la durée, à mesure qu’on accumule les « heures de vol ». Mais la période présente s’y prête, car cette pratique suppose de rester au calme pendant de longues heures. Nous recommandons pour cela le très bon ouvrage d’introduction de Christophe André, Méditer jour après jour. Muscler son optimisme, c’est muscler son espoir, et se préparer à être plus résilient à la sortie de cette épreuve. lire l'intégralité de l'article par Cerveau&psycho



16 vues

Posts récents

Voir tout

© 2020  laetitia Veyron