Rechercher

Conseils : comment faire face - au mieux - à la mise en quarantaine?


Le clinicien norvégien Pr Atle Dyregrov explique que les facteurs de stress dans la situation de quarantaine actuelle comprennent l'ennui, les informations inadéquates, les problèmes de pertes financières et la stigmatisation; et donne des conseils pour y faire face.

C'est comme un service rendu à la société !

La mise en quarantaine aide les autres. Vous contribuez à réduire la possibilité que d'autres tombent malades. Vous montrez une responsabilité sociale collective à travers vos actions altruistes.


Si vous pensez de cette façon, vous serez plus en mesure de maintenir le respect de vos valeurs et de prévenir la stigmatisation.

Lorsque la période de quarantaine est terminée, les autres personnes doivent avoir conscience que votre tâche a été accomplie et ne plus vous tenir à l'écart.


1. Restez actif, établissez des routines

Les activités, les routines et la structure donnent la forme et la prévisibilité du jour et découragent l'impuissance. Dans une situation incertaine, il apporte stabilité et sécurité. L'exercice physique, l'hygiène personnelle, les repas à heures régulières et d'autres activités régulières contribuent à l'ordre et à la structure dans une situation nouvelle et peu claire.


2. Le contact social est une activité importante

Les médias sociaux vous permettent de discuter et de voir les autres via Facebook, Skype et d'autres médias sociaux. Ce contact social devient particulièrement important pendant la quarantaine. "Restez en contact"! Assurez-vous qu'il s'agit d'un repère dans votre routine quotidienne.


3. Prenez le contrôle de pensées inquiétantes

Il est normal d’avoir des pensées inquiétantes sur le statut infectieux d’une personne. Si ces pensées prennent beaucoup de place, vous pouvez essayer de mieux les contrôler. La distraction fait tomber l'agitation. Regardez des films ou des séries sur tablettes ou TV, jouez à des jeux vidéo, faites des mots croisés, Sudoko etc., ou utilisez Facetime / Skype pour parler aux autres sans laisser le coronavirus être le sujet principal.


4. Créer un espace/temps d'inquiétude

Vous pouvez également reporter votre inquiétude. Faites de la place pour un temps défini (10-20 minutes) où vous pouvez vous inquiéter autant que vous le souhaitez. Lorsque des inquiétudes émergent en dehors de cette période, vous pouvez vous dire: «C'est quelque chose à penser en mon temps d'inquiétude, pas maintenant.» Si cela se répète assez souvent, ce processus de pensée devient automatique. Ne planifiez pas votre temps de souci tard dans la nuit. Si des inquiétudes apparaissent, ne vous ennuyez pas, répétez simplement que vous y penserez pendant votre temps d'inquiétude.


Quelques mises à jour par jour des informations suffisent

Nous savons par ceux qui vivent une tragédie que passer trop de temps à regarder ou à lire des nouvelles les affecte négativement. Si vous vous protégez de la vérification constante des médias sur les informations concernant le virus, il vous sera plus facile de rester calme.

Une mise à jour quotidienne régulière à partir d'une source fiable suffit.


Sources

Brooks, S. K., Webster, R. K., Smith, L. E., Woodland, L., Wessely, S., Greenberg, N., & Rubin, G. J. (2020). The psychological impact of quarantine and how to reduce it: Rapid review of the evidence. The Lancet, 0(0). https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30460-8

24 vues

Posts récents

Voir tout

© 2020  laetitia Veyron